mercredi 28 octobre 2015

Clova après les fantômes


Il existe deux villages de Clova (Haute-Mauricie, secteur de La Tuque), qui cohabitent simultanément à la manière d'univers parallèles. Un Clova habité par 35 résidants permanents (et non, ce n'est pas le plus petit hameau du Québec!) et un Clova fantôme, chargé d'histoire, qui se situe en majorité dans un quartier abandonné (puisque l'endroit a déjà dénombré 600 habitants, c'était inévitable...). J'ai eu l'occasion de le visiter la semaine dernière, d'apprécier son atmosphère unique qui s'est arrêtée à l'époque où la voie ferrée vers l'Abitibi avait fait croître une poignée de villages le long des rails.

Après réflexion, j'ai préféré consacrer deux billets à ces réalités parallèles, en commençant par m'intéresser au Clova de 2015. Remarquez que j'aurais également pu faire l'inverse, tant les deux univers se superposent de manière équivalente, l'un des exemples étant l'auberge rénovée (où j'ai d'ailleurs passé un séjour très agréable!) devant laquelle se dresse un parc en friche, depuis longtemps à l'abandon. Le quartier fantôme sera donc le sujet d'un prochain billet...

Honneur, d'abord, aux "vivants" avant les vestiges et leurs fascinantes histoires, et gardons les spectres en réserve pour souligner l'Halloween prochain.

Arrivée à Clova au crépuscule, vue en face de l'auberge :
Auberge Clova et son parc en friche juste en face... J'y reviendrai dans le billet sur Clova fantôme.
Gare de Clova et restaurant... en face du superbe lac Duchamp
Le lac Duchamp enjolivé de mélèzes dorés :
 
Le chemin qui ceinture le lac, typique des routes de Clova :
Sur la route, l'impression d'être loin de tout... Prochaine destination : Opitciwan, à cent kilomètres en longeant le Réservoir Gouin :
Et pourtant... Clova possède une piste d'atterrissage (en sable) et une ancienne église reconvertie en entrepôt (à vendre, avis aux intéressés). 

Sans oublier une faune particulièrement photogénique...
Dont cet écureuil qui me lançait des cocottes sur la tête alors que je marchais près de l'hôtel Tamarac! Écureuil si enthousiaste face à mon appareil que j'ai été incapable de choisir un seul cliché de ses frasques :
 



En espérant que la visite de ce premier Clova vous ait plu.

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci beaucoup Mario, ça me fait plaisir que tu aies apprécié la visite :) Prochaine partie : ces ruines chargées d'Histoire(s) que nous affectionnons tant !

      Supprimer
  2. Une description relatant l'atmosphère qui règne à Clova et rendu avec un texte et des photos magnifiques.

    RépondreSupprimer
  3. Merci de votre passage ici, Denis, et surtout de ce commentaire particulièrement touchant !

    RépondreSupprimer