mercredi 15 septembre 2010

Que fais-je ?


Je suis un peu disparue au cours des dernières semaines, pour les raisons ordinaires : travaux scolaires et écriture. J'ai d'abord remis mon dépôt de sujet, qui a été accepté dernièrement. J'étudierai donc les influences des écrits occultes sur les mémoires de Berbiguier de Terre-Neuve du Thym, ainsi que son appropriation des différentes figures démonologiques, notamment son rapport au pacte avec le diable. La partie la plus longue sera toutefois consacrée à une œuvre de création, soit un court roman, que je me propose de situer dans la France du XIXe siècle. Je composerai ainsi à mon tour des mémoires imaginaires, relevant du genre fantastique, narrées par un personnage excentrique, à l’instar de Berbiguier.

Mais auparavant, d'autres projets m'attendent. J'ai passé par exemple les dernières semaines à corriger une novella. Il s'agit d'un projet qui m'habite depuis des années, à la base, une longue nouvelle que j'ai transposée en novella, puisque le texte demandait davantage d'ampleur.

J'ai aussi un autre projet en chantier, cette fois de court roman. L'écriture de cette histoire, qui prend pour cadre le nord du Québec, devrait m'occuper au cours des prochains mois. Je mettrai donc momentanément de côté l'écriture de nouvelles, même si je sais que je ne pourrai pas m'empêcher d'en écrire deux ou trois d'ici la fin de l'année... Cependant, quelques-uns de mes textes brefs devraient paraître prochainement, dans Nocturne, Clair/obscur, Freaks, Virages, Solaris... J'en profite aussi pour souligner la parution récente du fanzine Asile, au sommaire fort solide. Une critique de cet opus est d'ailleurs disponible sur le site de L'ermite. Autrement, le lancement du prochain numéro de Brins d'éternité est imminent, plus de détails à ce sujet sont disponibles ici.

Pour en revenir aux projets littéraires, je commence à songer à participer cette année au Nanowrimo. Je sais bien que j'écrirai de toute façon, mais passer le cap des 50 000 mots en un mois me semble un défi intéressant. Possible que je tente l'exercice... Je verrai en novembre, même si j'ai bien conscience que, hélas, le temps n'est pas extensible !

À suivre...

9 commentaires:

  1. Content de voir que tu te tiens bien occupée ;)

    D'ailleurs, je ne sais pas pour les autres, mais le lien Facebook vers l'événement du lancement de Brins d'éternité ne fonctionne pas pour moi (il aurait été signalé comme étant abusif?).

    L'information est aussi disponible sur le site de la revue, plus précisément là : http://www.revue-brinsdeternite.com/2010/09/et-si-on-arrosait-le-numero-27.html .

    Voilà :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le commentaire, Guillaume !
    J'ai expérimenté des problèmes de ce genre avec Facebook tantôt, je vais changer le lien si ils persistent (mais je pense que c'est temporaire). Donc, pour plus de sûreté, mieux vaut aller directement sur le site de Brins d'éternité ;)

    RépondreSupprimer
  3. Tu peux toujours jumeler le Nanowrimo et ton projet de court roman. Même si tu atteins pas vraiment les objectifs ou que tu triches un peu en commençant ton roman avant le 1er novembre, tu peux quand même profiter de l'esprit d'émulation que ça amène! :)

    Et trop cool le projet de mémoire! :) Ah c'est en littérature que j'aurais dû étudier! (ça m'aurait éviter de pondre 150 pages sur les relations de Cicéron avec le philhellénisme...)

    RépondreSupprimer
  4. Possible effectivement que je combine court roman et Nanowrimo... Je suis encore en train de cogiter.
    Et merci, Geneviève, pour ton intérêt à propos de mon sujet de mémoire. Il me plait beaucoup aussi, cela va sans dire. Je tenais absolument à étudier un auteur original... et je pense qu'à ce chapitre, c'est assez réussi !

    RépondreSupprimer
  5. Pour le mémoire de maitrise, ça? Ça a l'air cool. Juste demême : c'est qui c't'auteur-là? Chu tu tout seul à avoir aucune idée c'est qui?

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ton commentaire !
    En effet, mon sujet de maîtrise est vraiment intéressant. Et rassure-toi : il est tout à fait normal que tu ne connaisses pas Berbiguier. Il est un auteur méconnu, dont l'œuvre à été rééditée, sous un format plus accessible, en 1990 seulement. Je souhaitais donner un peu de visibilité dans mes recherches à ce "fascinant oublié" des études littéraires.

    RépondreSupprimer
  7. Haha jviens dle wikipédier ça l'air malade. Ça doit pas être facile à trouver ses mémoires, ou jme trompe?

    RépondreSupprimer
  8. Les mémoires de Berbiguier ne sont pas si difficiles à trouver (on peut les commander sur Amazon par exemple) mais un peu chères : 50 $. Je conseille davantage d'emprunter le livre à la bibliothèque en premier, pour en lire quelques passages au préalable. Comme l'ensemble est la construction d'un grand paranoïaque, sur plusieurs centaines de pages, la lecture peut parfois devenir lourde et un peu redondante. Mais il y a dans Les farfadets des chapitres superbes, que je suggère vivement de lire. Si tu es curieux, plusieurs de ces chapitres sont accessibles sur le site suivant, en bas de la page : http://www.psychanalyse-paris.com/+-Berbiguier-de-Terre-Neuve-du-Thym-+.html

    RépondreSupprimer